mardi 8 septembre 2009

For you


Souvent, je me réveille, mélancolique,

J’ai ce manque en moi.

J’ai ce vœu physique

De ne pas être toute seule sous ce drap.

Ma main glisse sur l’autre côté du lit

Cherchant un corps absent,

Une forme vide de vie.

Mon cœur a mal et se pince doucement.

J’ai ce vœu très cher que tu me rejoignes.

Que tu dormes en mes bras.

Un moment qui soigne

Tes toujours trop longues absences loin de moi.