dimanche 27 mars 2011

L'explosion 4



Et voilà qu'après tant de journées passées seule, je croise une forme de vie...
Est-elle endormie ? Elle semble si faible...

- Bonjour ?
- Darwinn. Je suis Darwinn. Tu viens pour moi ? Hum, je ne pense pas, non... Tu me comprends au moins ? Qui es-tu ?
- Je ne me rappelle pas.

- Je me souviens juste de cette explosion à la fenêtre puis plus rien. Je survis.
- Nous survivons tous... A des prix différents.
- ...tous ? Combien sommes nous ?
- A combien sommes nous, surtout ! Ah ah !
- Comment ?

- Ah ! Tu as fais de belles trouvailles, Il pourra les acheter à bon prix.
- Qui ça ?
- Négocie les fermement !
- ...mais
- Oh tu as des cheveux comme des câbles électriques ! Ah ah ! Tu es Pylône ! Pylône! ah ah !
- Je ne suis pas sûre de...
- Si siiiiii !

- Pylône, ne La laisse pas t'attraper. Fuis la femme cyborg quoiqu'elle puisse te promettre. Elle est mauvaise... Trouve Gabriel, il te guidera.
- Qui ? Je n e comprend rien à ce que tu me dis !
- Je ne peux pas en dire plus. Maintenant pars ! Fuis !


Avec l'aimable participation de Darwinn@kaori

In to the trees

Le froid se dissipe. L'air humide et lourd des entrailles de la forêt rouge m'enveloppe.

C'est ici. Je sens ton âme perdue et désemparée... Araven...

Je suis sorti de l'étendue gelée mais mon corps est glacé par quelque maléfice.
Ces arbres sont soumis à une autorité malsaine...
Ma bien aimée, pour délivrer ton ether, je suis prêt à affronter toute sorte de démons...tant qu'ils viennent de l'extérieur.

Arriverais-je seulement à sauver ma propre âme ?

jeudi 17 mars 2011

L'incarnation de la Méduse

Je n'ai pas pour habitude de vous raconter ma vie mais là, je dois vous expliquer comment et pourquoi ce blog risque de prendre une direction légèrement différente.
Cette année, j'ai la chance de participer à deux expos. Les deux personnes m'ont dit "ça serait super que tu exposes tes poupées". J'ai été d'abord étonnée. Après tout, je ne les fabrique pas de A à Z, je ne fais pas tout les vêtements moi-même, etc. Elles ont, selon moi, moins d'intérêt qu'un tableau. Sans aucun doute... Mais si on veut voir mes poupées, je fonce ! Je serai ravie de les jeter en pâture aux yeux étonnés des passants !
Et ce que je peins ? Je garde dans mon garage ?
Hier, j'ai compris que je n'étais pas obligée de choisir entre la custo de poupée et la peinture. L'un ne mange pas le temps de l'autre. Les deux peuvent être complémentaires et pourraient coexister en tant qu'œuvre unique (sans pour autant faire de la peinture un simple fond...)
Et la solution était toute proche ! Sans m'en rendre compte, j'ai, à 4 reprises, peint un tableau et customisé son pendant dollesque. Foetus pour exemple.

Certes, l'un ne ressemble pas à l'autre. Juste le thème et les couleurs. Un bon début si l'on prend en compte la non-conscience des méfaits.
Aujourd'hui, je me suis lancée consciemment dans l'aventure. A partir de ma dernière créa "la naissance de la Méduse", j'ai customisé "l'incarnation de la Méduse".





dimanche 6 mars 2011

L'explosion 3

Apprendre la survie... Je ne comprend pas.
On me parle d'instincts mais je ne sais pas ce que c'est.

Manger ? ramasser de la pourriture en espérant ne pas en mourir trop vite.
Dormir ? Partager le sol avec les animaux malades.
Ne parlons pas de l'hygiène, du contact social et du sentiment de sécurité...
De plus, sans télévision et sans jouets, je pense. Je n'arrive pas à arrêter les "pourquoi" et les "comment" et autres "vers où".
La peur...
Je n'ai pas croisé d'Amour depuis si longtemps.
Juste de la peur.
L'ombre et aucune lumière.
La peur de mourir et surtout de souffrir. J'ai 14 ans et je veux savoir comment ça fait de devenir vieille. Je veux préserver ma vie.
Mais où sont mes instincts ?

Snorrow

La traversée de cette contrée gelée me rappelle...

les instant où mon cœur avait froid.

Araven savait et venait vers voir.

Manifestation de la Déesse...
Araven je t'ai perdue dans cette forêt rouge.

Ton âme doit être retrouvée.
Je marche pour ça.

vendredi 4 mars 2011

La contribution symboliste

Quand la pierre, popom popom...
Empêchera ton coeur de battre et de vouloir,
Et tes pieds de courir leur course aventureuse,


Popom popom

Héhé hé !

«Que vous sert, courtisane imparfaite,
De n'avoir pas connu ce que pleurent les morts?»


Ci-se souvient la jolie Félicienne

-Et le ver rongera ta peau comme un remords.

Tu n'auras popom popom

Qu'un caveau pluvieux et qu'une fosse creuse;