lundi 23 mai 2011

Leonie II

Lors de son séjour à la mer, Léonie a eu un petit accident.
Elle s'est baignée trop près de la décharge immergée. Elle a été happée par un calamar et s'est noyée. Le hasard a voulu que le calamar soit pêché par un mystérieux capitaine/mécanicien/chirurgien/artiste. Après quelque coups d'aiguilles et une bonne dose de foudre, Léonie a obtenu une seconde vie en tant que mutante et animal de compagnie.




Tête de NDLC Aletheia sur corps octo-penssif maison.

dimanche 15 mai 2011

dimanche 8 mai 2011

L'explosion 5

Gabriel : Un visiteur surprise...

Gabriel : ...que je n'ai jamais vue.
Pylône : C'est toi, Gabriel, n'est-ce pas ?
[elipse narrative]


Pylône : ...et j'ai cru mourir ! Mais...
[craquement]

Pylône : C'était quoi, ça ?
Gabriel : Pas un animal, en tout cas. J'y vais.

Pylône : Attend ! Je ne veux pas que tu me laisses toute seule... Pas déjà.

Preview

mercredi 4 mai 2011

Matrix

Sauvons la planète !?

Ne faudrait-il pas commencer par dépolluer nos esprits ? C’est notre mode de vie qui contamine le sol et l’air. L’humain-virus analysé par l’agent Smith dans toute sa grandeur. C’est l’idée qui fait office de vermine. Demander que plus personne ne meurt de faim puis admirer les mannequins anorexiques et juger les gros qui peinent à faire régime au nom de rien. Décidément, les pays « évolués » ne tournent pas rond.

Si l’idée peut amener la révolution (cf mon maître de papier V), elle peut aussi libérer de l’aliénation qui dure. Si moi, petit humain j’écris ça, c’est que c’est en bonne voie. Mais avant de se perdre dans le syndrome Superman, il est temps de penser à soi.

Qu’est-ce que je suis ? Mon image se résume t’elle à la vision d’un idéal ? Pourquoi je fais partie d’un clan en suivant des codes vestimentaires ou musicaux ? Pourquoi, même en me pliant inconsciemment à ça, je ne m’accepte pas ? Aurais-je peur de ce que je suis vraiment ? Je me trouve trop grosse ou trop maigre, le nez pas droit, trop de boutons ou pas assez bronzée. Pourquoi j’envie la vie de telle ou telle personne ? De me voir plus importante, d’avoir un meilleur salaire alors que je n’aurais besoin que du tiers. Pourquoi je m’endors avec la sensation de ne pas avoir faire assez de chose pour moi ou pour les gens que j’aime lors de la journée ?

Je me compare (juge ?) en permanence à l’étalon invisible mis en place par les standards, le bon goût, les codes, l’ordre (ou le sous ordre) établis. Bien sûr, mon jugement affecte les autres tout autour de moi. Et si je décidais de m’aimer. D’aimer ce que je suis, mon corps en entier. Si je décidais d’aller à une soirée avec en tête « je vais rencontrer des individus extraordinaires » plutôt que « qu’est-ce que je vais porter ». Si j’allais voir mon amie à Bruxelles sans penser à quel magasin on va faire ensemble. Il est temps de reconsidérer la pyramide de Maslow sans sauter les étapes.

Il est temps de dépolluer la couche invisible de la planète. De désapprendre le principe premier de l’éducation et de l’école sans conscience : être ce qu’on me demande de faire. Ma vraie richesse, c’est moi-même et les individus qui m’entourent et que j’aime. Le reste, c’est la Matrice. Et si des gens ont contribué à la créer, c’est nous qui lui donnons son énergie et son pouvoir.

Nous avons déjà les armes nécessaires à cette bataille.