vendredi 20 janvier 2012

Saule

L'homme se déplace sur le sol en long, en large. Deux dimensions qu'il connait depuis toujours.
Puis, il invente l'avion. Il se crée des ailes de toiles, il apprivoise le ciel puis colonise l'espace. Il passe à la troisième.
Quand arrivera le règne de la quatrième où il pourra se déplacer d'avant en arrière et parallèlement dans le temps, réparant ses erreurs, modifiant ses choix et créant un autre Présent ? Peut-être le fait-il déjà. Alors pourquoi je reste dans ce monde-ci ? Que vais-je apprendre de ce dôme Vide aux chemins et aux choix infinis ? Vaste pleine de jeu sans barrières.

J'ai la certitude que mon chemin, aussi aléatoire soit-il, est juste. Le retour dans le temps, je l'ai choisi sciemment. Je mêlerai les anciennes traditions à cette surface actuelle. C'est ce que le druide a toujours dit.
La transmission des données à petite échelle, impliquant des individus aux racines communes, aux ambitions semblables ou au dialogue parallèle, nourrit le Chêne qui s'épanouira au fil des échanges. Une vision commune qui s’amplifie.

Mais les données qui nous envahissent, les écrits qui violent notre propre flux de réflexion fait pourrir notre conscience. La Différence n'accepte pas de pensée commune. Ce que nous lisons, ce que nous regardons par l'oeil de quelqu'un d'autre, sans pouvoir interagir avec la source du message peut engendrer la frustration, l'injustice, la colère...contre personne, si ce n'est soi-même.

Comme dit Sorcière Athane, l'homme est un désert de solitude qu'il doit lui-même explorer à la recherche des ses multiples tribus intérieures. Les tribus des uns côtoient les peuplades des autres. Faisons en sorte que ces échanges soient pacifique. C'est la condition pour prospérer. Bien sûr, les guerres de clans peuvent modifier le paysage. La reconstruction, si elle a lieu, n'en sera que bénéfique, elle aussi.
Ne plus écouter les mots sans importance, les paroles dépourvues de sens, le remplissage du Vide par une matière boueuse et sans intérêt coulant de la bouche d'individus-statues craignant le silence et le retour à soi. L'important est de sortir de la mondialopole bruyante et dictatoriale et de trouver son désert.

Carte père Ender




Muse2 : Sci-fi




jeudi 19 janvier 2012

Veuve

La pendule, sonnant minuit,
Ironiquement nous engage
A nous rappeler quel usage
Nous fîmes du jour qui s'enfuit :
- Aujourd'hui, date fatidique,
Vendredi, treize, nous avons,
Malgré tout ce que nous savons,
Mené le train d'un hérétique ;

Nous avons blasphémé Jésus,
Des Dieux le plus incontestable !
Comme un parasite à la table
De quelque monstrueux Crésus,
Nous avons, pour plaire à la brute,
Digne vassale des Démons,
Insulté ce que nous aimons
Et flatté ce qui nous rebute ;
Contristé, servile bourreau
Le faible qu'à tort on méprise ;
Salué l'énorme Bêtise,
La Bêtise au front de taureau ;
Baisé la stupide Matière
Avec grande dévotion,
Et de la putréfaction
Béni la blafarde lumière ;
Enfin, nous avons, pour noyer
Le vertige dans le délire,
Nous, prêtre orgueilleux de la Lyre,
Dont la gloire est de déployer
L'ivresse des choses funèbres,
Bu sans soif et mangé sans faim !...
- Vite soufflons la lampe, afin
De nous cacher dans les ténèbres !

Txt L'examen de minuit de Baudelaire bien entendu

jeudi 5 janvier 2012

Muse 1 : Mort




2012

Bismuth is on the road...
2012.
Deux, zéro, un et deux.
2+2 = 4.
4x1 = 4.
4+0 = 4.
Tout ce que j'aime.

Encore une année où vos yeux vont subir mes créations.
Merci à ceux que j'aime, à ceux que j'apprécie et à ceux qui m'apprécient.
Les autres... tant pis!