jeudi 2 août 2012

Contribution


Réveillez-vous, langues engourdies.
Ouvrez vos yeux nécrosés, voyez la Vie.
Notre Corps commun est couvert de cicatrices cachées sous une épaisse couche de fond de teint.
A quoi nous sert cette peau synthétique, ces os de plastique abritant un vague chagrin ?
Perdurer une vie dont le sens a été perdu.
De la naissance à la mort, la vie doit couler en continu.
Toute la poussière d’étoile remise en commun dans le sablier géant.
Nos cœurs qui se balancent au rythme du même battement.
Nous avons juste de besoin de branches pour enlacer la Terre
Et de la rivière pour traverser nos artères.
Exorciser les structures métalliques en les laissant rouiller.
Les intégrer à nos racines sans être dépassés.
Sortir de l’asphalte, briser le béton,
Nous qui confondons protection et prison.
Dansez sur la fourmilière.
Avant qu’ils nous vendent les cendres de nos pairs. 
 

Old Lady


Je veux m'arracher les yeux, les donner au chien, dépecer ce corps épuisé qui ne me sert plus qu'à gémir à chaque foulée. 

  Faire taire le sifflement dans mes oreilles.

Et parler à quelqu'un d'autre qu'à la photo mouchetée.  

 La belle technique peut-elle mettre mon cerveau dans un robot en brûlant la part de questions majeures qui alimentent les braises de ce satané spleen qui creuse mes traits. 

 Je veux dormir une nuit entière comme avant...Sans la vibration assassine dans mes tympans. 

Je veux vivre à nouveau pleinement ou mourir dans la chaleur de cette soirée d'été.