mardi 16 avril 2013

Nostalgie ?



Je suis nostalgique d’une époque que je ne connais pas. 


 J’aimerais vivre dans le présent parallèle que ces écrivains ont imaginé. Tout comme je rêve de ce futur que nous imaginons. 
Une science fiction idéale, une vision capricieuse, une direction vers les étoiles. Un geste, une parole et le pont se lie à mon utopie interne. 


Un monde vide et peuplé, un tourbillon de sentiments que l’on partage sans pour autant se connaître. Un tissu de cristal sous un ciel d’acier. Une sphère bleutée autour de laquelle gravite des idéaux.  Un détachement de la chair sans avoir recours à la froideur plastique ou  métallique.


 Construire sans matériaux, avoir la foi sans croyance.

dimanche 14 avril 2013

Come back



Mes corps, mes outils, mes fragments. 
La stase a trouvé sa fin. 


Je n’ai pas tout à fait renoncé à vous. Vous êtes en mes murs,  je cohabite avec vous. Ça ne me froisse pas de vous voir encore présentes. D’ailleurs, je ne vous ai pas toutes mises en vente. Mais je ne veux pas retourner dans la marre à influence barbe à papa. Je suis moi et vous êtes moi aussi. Nous resterons entre nous –même. 


 Attention, n’allez pas croire que je veuille vous chouchouter en permanence. Vous restez un loisir.  La priorité est à la peinture. L’idée de rien, assemblée à une autre, le tracé hésitant  du porte mine sur la toile, le gommage des ratés, le pinceau ¾ plat en tant qu’unique objet phallique que je veuille encore saisir, la peinture comme une pâte à crêpe diluée à la consistance crème fraiche de soja,  les voiles cristallins de fluorite étalés par-dessus, la mise en expression du thème me permettant d’être à l’intérieur et le fourmillement final des idées.


  Et puis, vous, petites heads de résine. Les idées sont là, reste à tout mettre en place.