dimanche 27 octobre 2013

Entracte



Mais que s'est-il passé . Rien n'a changé. J'ai pris une place encore vacante. Par le cri, il n'y a pas eu d'évolution mais bien une mue de la conscience. Plus vite, plus intense, plus marquée. Les questions en attente n'ont toujours pas trouvé de réponses mais explorent un autre arbre de possibilité. De branche gauche à branche droite sans plus trop penser par un tronc.





A ceux qui me diront que j’ai choisi la voie facile et égoïste, je ne répondrai plus « try walking in my shoes, you’ll stumble in my footsteps » mais bien « This holy reality, in this holy experience. Choosing to be here in ».



Même s’il m’arrive encore de ramper, c’est pour mieux entendre les battements du Coeur de la Terre. Mais quand je vole, je suis le corbeau sur la montagne, je suis le vent qui le porte, je suis la montagne elle-même. 





Bien que je sois née il y a des siècles, je ne suis venue à la vie que récemment. Je suis sortie du néant par le pinceau. J’y ai découvert ce que je ne soupçonnais pas : La lumière dans la part animale, l’antithèse de la bestialité qui touche plus l’humain que la bête.
















La Théorie Géométrique a tracé le chemin vers le sens unique de cette part d’existence. 
Elle st passée d’outil à finalité, cette acceptation. 
Et pour moi, cette voie du milieu passe par le clash des extrêmes. 
Allumer un feu pour en faire taire un autre.   
Trouver une raison au chaos, expérimenter l’ordre strict pour ensuite absorber ledit chaos et l’accepter.