vendredi 29 novembre 2013

Plonger

                                                                                                                           Tourne et détourne. Mélange et bouillonne puis retourne. Je ne vois rien. Tourne et détourne encore, cours, détour, impasse. Où est-ce que le feu passe ? Par quel interstice se glisser là où j'ai construit ma tour dorée. Partie émergente de la montagne est allée bien haut mais tout ce qui est pensé doit-il forcément s'exprimer, s'expliquer, se comparer pour s'en emparer ?










Le pouvoir-faire peut-il se distiller comme une dilution, comme un glacis sur un état d'âme, sur un ouragan, sur une brise, sur la surface d'un lac ou sous son reflet brisé, courbé, déformé, dans l'abîme, dans la grotte à travers ses racines.






Et là ? Ma théorie des extrêmes me dit doucement de sauter de la tour, de ne pas chercher à flotter, si ce n'est de l'autre côté. Peindre dans le noir avec des conventions aveugles avec des moignons de codes. Chercher une liberté 3 fois plus vaste que ce que j'ai pu construite à la surface. 













Tourner, détourer, mélanger, bouillonner et plonger.