mercredi 24 septembre 2014

Voyage...

J'aime bien ce blog, c'est un grand terrain de jeu et d'expérimentation.
Cependant, je risque d'y poster moins souvent cette année (scolaire)-ci.
En effet, je me suis engagée dans un projet plus ou moins de global de 9 mois.
Au programme : Peinture, assemblage, croquis, vidéo et narration pour servir le voyage de G, naturaliste sur E380b.

Vers le blog...

http://e380b.tumblr.com/


Un petit mot d'explication sur tout ça ?
Un seul, alors : Incertitude. Celle qu'on éprouve dans un groupe. Etre à sa place ? Etre accepté ? Vouloir y être accepté ?
Celle d'une construction humaine dans la nature.
Les matériaux de construction sont semblables mais assemblés différemment. A quel point ? Incertitude d'une intégration à
l'ensemble.
#technologie, #ecoconstruction, #viecommunautaire, #zèbre, #féminisme, #communication, #solitude, #explorationdesoi, #connexionàlanature, #intégrationtotale, #utopie.

En concret, un module pyramidal revient sur terre 60 ans après l'avoir quitté. Il contient les archives (croquis, photos?, vidéos?) d'exploration de l'astre E380b, quelque plantes et reliques extra terrestres ainsi que la correspondance de G.
#cabinetdecuriosité, #sciencefiction, #yaduboulot.

à bientôt !

lundi 1 septembre 2014

Tu n'apprendras jamais ? version UV

C'est dans les vagues de la fatigue que le mental s'écrase et que la larme 
devient facile. 

La chair frisonne, le cœur est 
électrique 

et quelque chose se bouscule au premier étage. S'il y a des regrets, ils peuvent être réparés. 
Les remords sont assez discrets pour se faire oublier. Le domaine
de l'Appréhension est ouvert. J'y marche seule, peut importe mon degré d'accompagnement. 






Les pensées construites font place à des impressions, des
malaises, des souvenirs, des oublis, 
des comparaisons et du vide. 

Un arc de raison dans le brouillard pour garder la tête froide, quelques
gouttes pour extirper le poison et le bruit sourd d'un presque silence 
du flux ponctué par un bruit cardiaque. 


A moitié exprimé, le monstre de l'anticipation se retourne dans son lit. Il me tourne le dos jusqu'au prochain bâillement. 













 
C'est tout ? Non.

Il y a encore de la place dans la chambre de Pandore. 
Quelque chose d'improbable coule sur les murs et envahi chaque recoin. 
C'est gluant, c'est plus grand, ça ne me concerne pas mais je suis déjà impliquée. 
Ca n'a pas de sens mais je ne peux pas vraiment dire que je ne m'y attendais pas. 
Le premier monstre assoupi est totalement immergé.
L'expérience se poursuit. 

Ca goutte de tout les côtés de la même substance.
longeant les coins, se retournant de ce, de là. 

Ricane. 
Il y a du violet et du bleu 
dans le noir, je le sens. 
Ne regarde pas, 
ne regarde pas, 
n'essaie pas de les comprendre 
et pense à Ender, 
retourne toi. 

Même enterrée dans ce matelas, la mélasse m'enrobe. Je ne peux que dormir, fermer les yeux pour
appréhender le monde réel en négatif, tel qu'il est : blanc de possibilités.